Message bien envoyé. Merci.

Une erreur s'est produite. Merci d'essayer à nouveau plus tard ou de me contacter directement à : [email protected]

Erasmiotaton blog bio picture

Présentation.

"La beauté seule jouit du privilège d'être la plus visible et la plus charmante (ἐκφανέστατον - erasmiotaton)" (Platon, Phèdre - 250e)
Davy - photographe freelance en région parisienne, mais si vous si vous avez une petite place dans votre valise, je peux aller n’importe où !
J’ai débuté la photographie presque par hasard. C’est en travaillant sur Proust (ma première passion étant la littérature et la philosophie) que je m’y suis intéressé car l’image a une importance non négligeable dans la Recherche du temps perdu. J’ai acheté un premier reflex numérique pour m’y essayer et j’y ai très vite pris goût. A côté de mes recherches et de mes lectures, la photographie est rapidement devenue un agréable loisir (ré)créatif. En autodidacte, j’ai commencé par apprendre les règles de bases (composition, gestion de la lumière, techniques, etc) pour maintenant savoir les contourner quand il le faut.
La particularité de la photographie réside dans le fait qu’au-delà des règles et de la technique, elle garde un charme mystérieux : avant d’être faite, elle n’existe pas et une fois qu’elle est faite, si elle est bien faite, elle s’efface pour ne montrer que l'essentiel. La photo, en tant qu’objet, n’existe pas, elle est et doit être une histoire, un moment, une émotion.
Pour plus d'informations n'hésitez pas à me contacter.

Roadtrip USA – Death Valley (Part III)

Dernière partie avec l’arrivée à la Death Valley. Le changement de température était plutôt radical puisque nous passions d’une température négative la veille à Mammoth Lake à 28° dans la Death Valley.

ER4_5296 ER4_5300 ER4_5308 ER4_5312 ER4_5316 ER4_5321 ER4_5342 ER4_5353 ER4_5359 ER4_5366 ER4_5388 ER4_5397 ER4_5418 ER4_5430

Golden Canyon.

ER4_5510 ER4_5515 ER4_5540 ER4_5548 ER4_5556

Badwater.

ER4_5593 ER4_5597 ER4_5615 ER4_5645 ER4_5707 ER4_5728

Red Rocks Canyon.

ER4_5736 ER4_5739

Big Sur – sur la route du retour vers l’aéroport. Peu de photos par manque de temps, malheureusement.

ER4_5770 ER4_5786 ER4_5808 ER4_5822

Et pour finir, un récit un peu plus complet : ici et 

Par Erasmiotaton

Pas de Commentaires

Ecrire un commentaire

Roadtrip USA – Yosemite, Tahoe Lake, Mono Lake (Part II)

Après une semaine à visiter San Francisco il était temps de prendre la route pour nous diriger vers le Yosemite park, Tahoe Lake, Mono lake et Mammoth Lakes.

ER4_4917

ER4_4932 ER4_4975 ER4_4980 ER4_5014 ER4_5020 ER4_5038 ER4_5043 ER4_5053 ER4_5069 ER4_5070 ER4_5072

Tahoe Lake.

ER4_5078 ER4_5087

Bridgeport.

ER4_5106 ER4_5116 ER4_5123

Mono Lake.

ER4_5134 ER4_5142 ER4_5152 ER4_5171 ER4_5173 ER4_5178

Convict Lake.

ER4_5231

Mammoth Lakes.

ER4_5287

 

Encore une fois, pour en apprendre plus (avec beaucoup de photos) je vous conseille de vous rendre : ici

Par Erasmiotaton

Pas de Commentaires

Ecrire un commentaire

Roadtrip USA – San Francisco (Part I)

C’était il y a un peu plus d’un an et je remarque que je n’avais pas encore posté mes photos sur mon blog… Je vous propose donc un retour en photos sur un petit (2 semaines) roadtrip fait aux Etats-Unis en Mars 2014. La première semaine fut consacrée à la visite de San Francisco. Nous avions préféré bien nous concentrer sur une ville emblématique de la côte Ouest et afin de la connaitre pour ensuite débuter notre roadtrip.

ER4_3780-Modifier ER4_3784-Modifier ER4_3801-Modifier

Quartier de Nob Hill.

ER4_3861-Modifier

Presidio Park en direction du Golden Gate Bridge (évidemment !)

ER4_3889-Modifier ER4_4030 ER4_4043-Modifier ER4_4091-Modifier

China Town.

ER4_4099-Modifier

ER4_4474-Modifier ER4_4152-Modifier ER4_4170-Modifier ER4_4236-Modifier

Alcatraz Island.

ER4_4240-Modifier ER4_4437-Modifier ER4_4470-Modifier

ER4_4519-Modifier ER4_4530-Modifier ER4_4538-Modifier ER4_4754

Si vous voulez en savoir plus sur ce périple à San Francisco je vous conseille les articles : ici ; ici et .

Par Erasmiotaton

Pas de Commentaires

Ecrire un commentaire

L214 – Photographier pour une association.

Aujourd’hui je vais vous parler de l’acte de photographier pour une association : photographier un happening dans le but d’aider l’association à communiquer sur les divers media auxquels elle a accès. Comment photographier un happening ? Comment échanger avec les responsables de l’association ? Photographier en raw ou en jpeg ? Comment traiter les photos ? Etc

Erasmiotaton_L214_006

Mais avant, petite mise en contexte afin de comprendre les photos qui suivent. Cet happening consistait à informer et sensibiliser les passants sur ce qui se « cache » derrière l’industrie de l’oeuf. La nature étant bien faite, dans presque toutes les espèces (y compris la nôtre), autant de mâles que de femelles naissent afin d’optimiser la reproduction et assurer à l’espèce une continuation (le principe de Fisher explique ça très bien). Chez nos amis à plumes, c’est la même chose : autant de poussins mâles que femelles naissent. Pour leur espèce c’est donc parfait. En revanche, l’être humain, ayant décidé qu’il pouvait manger leurs oeufs et comme la demande est, pour le moment, très grande, il a dû industrialiser la « récolte ». Malheureusement pour les poussins mâles, seules les femelles, et donc les poules, pondent. Si vous avez tout suivi, les femelles pondent, les mâles non mais autant de mâles que de femelles naissent. Donc dans les couvoirs industriels, une sélection est faite : le sexage. Les poules deviendront des poules pondeuses (en batterie, en pleine air, etc.) et les poussins ne deviendront rien car inutiles.

Je ne sais pas si vous avez déjà pu faire l’expérience de prendre un poussin dans vos mains. A la naissance et pendant ses premiers jours il a besoin de beaucoup de chaleur, c’est pourquoi il reste souvent sous le plumage de sa mère. Quand vous le prenez, il va s’étaler dans votre main afin d’être le plus possible en contact avec votre peau pour se réchauffer grâce à votre chaleur… niveau mignonitude, difficile de faire mieux. Pour les citadins qui ne croisent pas de poussins tous les jours, vous pouvez faire cette expérience au salon de l’agriculture par exemple… Une attraction est présente : un couvoir. Les visiteurs peuvent assister aux naissances et même porter des poussins… Les enfants comme les adultes gloussent tellement c’est mignon. Voilà, les poussins grandissent, les poules font des oeufs et… ça s’arrête là. Ce que beaucoup ignorent (ou veulent ignorer) c’est que si nous retournons dans notre couvoir industriel, le sexage sert à séparer les mâles des femelles dès le premier jour. Le tri se fait sans ménagement car il faut aller vite. On attrape le poussin, on le retourne, on regarde si c’est un mâle ou une femelle… et quand il faut en faire plusieurs centaines par jour, pour la délicatesse vous repasserez. Si le poussin est un mâle, il est tué. Plus précisément, il est jeté dans un broyeur (50 millions sont ainsi broyés chaque année).

L’être humain ayant la particularité d’être sensible et intelligent, il ne supporte pas la souffrance, c’est pourquoi il n’y aura jamais de stand « broyeur » au salon de l’agriculture… et c’est là que les associations prennent « le relais » dans la pédagogie. Pour manger des oeufs il faut broyer des poussins, ou plutôt : parce que vous mangez des oeufs, des poussins sont broyés vivants. Informer les gens permet de leur offrir la liberté de choisir en prenant en compte le réel. Choisir en ayant conscience de tout et sans aucunes illusions ou mensonges. Voilà donc l’objet de l’happening dont je vous propose le reportage ici et pour les plus curieux également, une vidéo illustrant ce qui se passe dans un couvoir (qui n’est pas une exception car le broyage des poussins est légal en France – c’est la méthode normale de l’industrie de l’oeuf… si si.) :

(la vidéo est difficile mais permet d’appréhender l’acte de manger des oeufs dans son intégralité)

 

Et voici un extrait du reportage photo de l’happening.

 

 

Erasmiotaton_L214_004

Erasmiotaton_L214_005

Erasmiotaton_L214_010

Erasmiotaton_L214_003

Erasmiotaton_L214_002

Erasmiotaton_L214_009

Erasmiotaton_L214_001

 

D’un point de vue photographie :

On fait appelle à vous afin d’aider à communiquer. Par conséquent, il faut faire suffisamment de photos pour montrer tout ce qui a été important durant l’happening. Le cadre, les acteurs, les messages et installations. C’est un type de reportage durant lequel il n’y a aucun stress, comme par exemple il peut y en avoir sur un mariage où tout se passe très vite et une seule fois. Là, ce n’est pas grave si vous ratez un échange entre un passant et un bénévole, vous savez qu’il y en aura d’autres. De même, le décor ne change pas et vous avez amplement le temps de tout photographier. Les personnes qui organisent l’happening sont soucieuses de la communication qu’il y aura autour de leur action et ont beaucoup d’échanges avec vous afin de s’assurer que tout est bien installé, etc. Vous devez donc faire attention aux détails et ne pas hésiter à demander à un bénévole de mieux se placer si il le faut.

Comme dans tout reportage, vous devez être discret et plus encore dans la rue où les gens n’ont pas forcément envie d’être photographiés. Si vous êtes trop visibles des passants, ils peuvent ne pas venir s’informer de peur d’être photographiés. Une technique efficace est donc de vous placer « en-dehors » de l’action, comme si vous étiez vous-mêmes un passant et dès qu’une photo vous semble bonne, vous la faite discrètement. Ne photographiez pas spécifiquement une personne (question de droit à l’image – vous ne pourrez pas diffuser votre photo – même si on peut discuter longuement de ce point) mais une scène.

Vous devez donc montrer au mieux ce qu’était l’happening. En revanche, rien ne vous interdit « d’interpréter » ce que vous photographiez et donc de choisir des compositions qui correspondent à votre style. Bien sûr, il ne faut pas pousser, vous n’êtes pas là pour faire des photos esthétiques mais des photos qui retranscrivent l’action (de belles photos malgré tout). Ne vous interdisez donc pas, sur quelques photos, de jouer avec les flous de premier et troisième plan, de cadrer dynamiquement, de jouer avec les ombres, etc. mais ne faites pas que ça (en revanche, les règles de compositions… il faut les respecter). Pensez que vos photos peuvent être utilisées dans un journal, sur un site internet grand public, etc. On doit voir sur vos photos un Happening et non pas le « talent » du photographe. Soyez donc humble et sachez « disparaître » de vos photos – ce n’est pas vous que vous servez, mais l’association et sa communication.

Le seul inconvénient pour vous, soucieux de fournir de bonnes photos, est la rapidité de la livraison… La communication n’attend pas ! Si l’happening se déroule la matin, hors de question de livrer les photos une semaine après comme pour un mariage. Vous ne pouvez pas traiter vos photos pendant 15h. L’idéal est de fournir les photos en soirée pour que l’association puisse communiquer dès le lendemain matin. Vous pouvez donc décider de photographier en jpeg directement – aucun traitement n’est nécessaire. Vous pouvez même fournir les photos sur place, à la fin de l’happening à un des organisateurs. Si vous faites cela, je vous conseille de supprimer les photos que vous ne trouvez pas bonnes. Faites le tri afin de vous assurer qu’aucune photo que vous n’assumez pas soit diffusée. Vous êtes le photographe, vous décidez ce qu’est une bonne photo.

Si vous choisissez de shooter en raw, ça devient plus compliqué : vous devez rentrer chez vous, transférer les photos sur votre ordinateur, les trier et les traiter rapidement. Ainsi, c’est une journée entière de travail. Pour ma part je choisis cette seconde option malgré son évident inconvénient. Traiter les raw, c’est-à-dire choisir moi-même le traitement de mes photos me semble obligatoire, c’est ainsi que je fonctionne. Mes images sont mieux travaillées, plus dynamiques, etc. Votre traitement, comme vos compositions, doit être sobre. Efficace, percutant, mais sobre. Vos photos doivent autant séduire qu’informer. C’est un équilibre entre ces deux choses : plus la photo est bonne, plus la personne l’observe… et plus la personne l’observe, plus elle reçoit le message. Tout simplement.

Par Erasmiotaton

Pas de Commentaires

Ecrire un commentaire

Engagement – Rosine & Mathieu.

Je vais couvrir le reportage du mariage de Rosine et Mathieu fin novembre 2014. A deux mois du jour J nous avons fait une petite séance Engagement. On pourra regretter l’absence d’un ciel bleu, mais le moment fut très agréable. Nous avons pris notre temps afin de les aider à se sentir à l’aise et bien exploiter les lieux qu’ils avaient choisis. La séance d’engagement permet aux futurs mariés d’avoir de jolies photos d’eux, des photos qu’ils pourront utiliser pour annoncer leur union, envoyer des faire-parts, les publier sur les réseaux sociaux, etc.

 

Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_001 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_002 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_003 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_004 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_005 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_006 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_007 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_008 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_009 Erasmiotaton_engagement_rosine_mathieu_010

Par Erasmiotaton

Pas de Commentaires

Ecrire un commentaire